Créer de l'energie par photosynthèse et respiration cellulaire ?

Cette technologie innovante issue du Technion fera progresser les recherches sur la production d'énergie par la photosynthèse et la respiration cellulaire.

Des chercheurs en chimie de l'institut de technologie Technion-Israël ont découvert que la composition de la membrane cellulaire avait une incidence sur les processus de production d'énergie par la photosynthèse et la respiration cellulaire.

Professeur assistant Nadav Amdursky
Professeur assistant Nadav Amdursky

Le professeur assistant Nadav Amdursky de la faculté de chimie Schulich du Technion a mis au point une technologie permettant d'étudier les transitions membranaires des protons liées à la production d'énergie dans les processus de respiration cellulaire et de photosynthèse. L’étude, menée avec des collaborateurs britanniques et finlandais, a récemment été publiée dans les Actes de l’Académie américaine des sciences ( PNAS ) sous le titre « Exploration des événements de transfert rapide de protons associés à la diffusion latérale des protons à la surface des membranes».

L'énergie est une ressource essentielle dans le monde animal, sans laquelle il ne peut y avoir de vie. Tous les animaux et toutes les plantes utilisent le même type d’énergie, la molécule d’adénosine triphosphate ( ATP) - un nucléotide connu en biochimie comme la «monnaie moléculaire», capable de stocker et de transporter de l’énergie chimique dans les cellules . La synthèse de l'ATP a lieu pendant les processus de photosynthèse ou de respiration cellulaire, où l'énergie de la lumière du soleil ou l'énergie chimique des nutriments, respectivement, sont utilisées pour la production d'ATP. Le mécanisme moléculaire de la synthèse de l'ATP repose sur une protéine membranaire. L'activité de la protéine peut être liée à l'action d'un moteur nanométrique alimenté par des protons. Lorsque le moteur reçoit de l'essence - des protons - les parties protéiques bougent.

L'action générale de ce moteur protéique est de créer de l'ATP. Mais comment les protons atteignent-ils la protéine? Cette question n’a pas encore été entièrement résolue, car l’étendue du processus de déplacement des protons dans le temps et dans l’espace est infime; quelques nanomètres toutes les quelques nanosecondes.

La technologie mise au point par le professeur assistant Amdursky pour étudier ce processus minuscule et rapide se déroule à la surface des membranes et repose sur une sonde moléculaire originale qui se fixe à la membrane et libère un proton chaque fois que la lumière (photons) la frappe. En d’autres termes, il s’agit d’une technologie capable de produire le carburant nécessaire à la création d’une «monnaie» énergétique à la surface des membranes à l’aide de la lumière.

La sonde moléculaire développée au Technion est basée sur une molécule chimique très intrigante appelée photo-acide. Lorsque cette molécule absorbe la lumière - et seulement alors - ses propriétés chimiques changent et devient un acide fort. La principale caractéristique de tout acide fort est la libération rapide d'un proton dans un environnement aqueux, et c'est ce qui se produit également ici.

«Nous avons découvert que le mouvement des protons à la surface de la membrane et l'interaction entre les protons de la membrane et les protons de la solution dépendaient étroitement du type de lipides constituant la membrane», a déclaré le professeur Amdursky. "Cette recherche est une étape clé dans la compréhension de l'un des processus les plus importants de la nature."

Lien vers l'article:  https://www.pnas.org/content/116/7/2443

La recherche a été financée par la Chaya Career Advancing Chair, le Russell Berrie Nanotechnology Institute et le programme Grand Technion Energy .

Une simulation informatique (dynamique moléculaire) montrant l'emplacement de la sonde moléculaire à la surface de différentes membranes avec différentes compositions lipidiques.

Source : Technion

A lire également :

Pour une meilleure expérience de lecture
veuillez consulter ce site en format portrait, merci :)