Des ingénieurs israéliens s'attaquent à des problèmes réels dans des villages africains et chez eux

Les ingénieurs israéliens tentent de remplacer les fours intérieurs sales et usés utilisés dans les régions rurales de l’Éthiopie par des fours intérieurs alimentés aux biocarburants, beaucoup moins polluants.

C'est une nouvelle version africaine du vieil adage qui consiste à apprendre à un homme à pêcher pour pouvoir le nourrir toute sa vie. Sauf en Éthiopie, il s'agit de lui apprendre à utiliser du fumier de vache pour produire du biocarburant afin d'alimenter un poêle à combustion propre chez eux.

Dans ce cas, les étudiants israéliens en génie utilisent la technologie pour aider les villages ruraux à devenir non seulement plus durables sur le plan environnemental, mais également à réduire les effets néfastes sur le travail et la santé qui résultent du combustible traditionnel à base de bois utilisé pour la cuisson.

Mark Talesnick, le professeur israélien derrière le projet, décrit l’initiative sur le fumier de vache comme une «problème pour le changement».

Le four à biocarburant est l’un des nombreux projets menés par le chapitre israélien d’Ingénieurs sans frontières, une ONG internationale qui cherche à mobiliser les compétences d’ingénieurs pour aider les populations mal desservies du monde. Le seul groupe israélien du groupe se trouve à l'Institut de technologie Technion-Israel à Haïfa, où environ 70 étudiants travaillent sur des projets sous la supervision de Talesnick, professeur d'ingénierie civile et environnementale.

Le programme fait partie du Center for Global Engineering du Technion, dont la mission est de créer des solutions d'ingénierie durables et à long terme dans les communautés qui n'ont pas accès aux besoins de base.

«Il y a environ 10 ans, j'ai décidé de laisser une marque. J'allais essayer de trouver un moyen pour que mes étudiants ouvrent la voie à un impact positif », a déclaré Talesnick lors d'une conférence TED en Israël en novembre 2013, décrivant son élan pour le programme. “Ce n'était pas simple. Je devais penser à ce qui nous manquait, à ce que nous donnions à nos étudiants pendant leurs études et à ce que cela signifiait quand ils sont partis dans le monde réel."

Selon Talesnick, l'impératif moral qui guide le travail est d'aider les «démunis» du monde tout en évitant les dégâts cataclysmiques causés à l'environnement par les «nantis» du monde. Il espère également inciter les étudiants à «prendre conscience que le travail pourrait changer le monde » tout en leur donnant les compétences et l'expérience pratique pour le faire.

Travaillant en cinq groupes, leurs efforts vont d'un programme visant à améliorer la qualité de l'eau potable et à réduire la pollution de l'air intérieur dans les villes éthiopiennes de Lalibela et Mekelle à l'installation de chauffages à turbine et solaires dans le désert du Néguev en Israël. La section Ingénieurs Sans Frontières du Technion a également construit des dizaines de «réacteurs à biogaz» dans des zones rurales au Népal, lancé un projet d'énergie renouvelable à Jérusalem-Est et développé un programme visant à créer de meilleurs espaces publics dans le quartier de Neve Paz à Haifa, une zone appauvrie population immigrée.

Les étudiants de la section Ingénieurs Sans Frontières du Technion ont travaillé avec les habitants de Haïfa à la mise au point d'un programme visant à créer de meilleurs espaces publics dans le quartier de Neve Paz, un quartier pauvre avec une importante population immigrée.

Le premier projet mené par des étudiants et Talesnick il y a dix ans a permis d'envoyer des étudiants du Technion au Népal pour développer des réacteurs à biogaz, qui utilisent des déchets naturels d'animaux et humains pour générer du méthane, ce qui leur permet de cuisiner. Dans les réacteurs, les déchets organiques tels que les excréments animaux et les déchets végétaux sont conservés dans une fosse pendant leur décomposition, produisant ainsi une suspension pouvant être utilisée comme engrais et du biogaz pour être utilisé comme combustible efficace. Les étudiants de Technion ont pu produire les réacteurs en utilisant un processus beaucoup moins intensif en main-d’œuvre que les méthodes traditionnelles en développant une natte de bambou réutilisable pour leur construction.

L'amélioration des méthodes de cuisson à l'intérieur reste un domaine d'intérêt majeur pour les ingénieurs israéliens. Dans de nombreuses régions du monde en développement, les ménages ruraux utilisent des fours traditionnels au bois et au fumier, brûlant du combustible «sale» dans des maisons en paille et paille mal ventilées et investissant des heures de travail acharné pour récolter du bois. La fumée cancérigène de ces fours provoque de graves problèmes respiratoires, visuels et de santé, en particulier chez les mères et leurs enfants, qui passent beaucoup de temps à la maison.

Cet été, un groupe d'une trentaine d'étudiants originaires d'Israël, d'Éthiopie et de l'Université York de Toronto passera un mois à Mekelle dans le cadre d'un programme mené par le Center for Global Engineering du Technion afin de développer des cheminées et des poêles à combustion performants.

Tigabu Zegeye, une étudiante en informatique et en ingénierie de 21 ans à l'Institut de technologie Mekelle, a participé à l'un des programmes d'été il y a deux ans et y retournera cet été. Une grande partie du défi, a t-elle dit, est la sensibilisation des membres des communautés locales qui pourraient être résistants au changement. Les étudiants qui iront cet été construiront un poêle dans une seule maison, puis travailleront avec la municipalité locale pour l’installer plus largement.

«Parfois, les gens peuvent être convaincus si vous leur montrez des idées pratiques. Ils en ont assez que la cheminée rejette de la fumée dans la maison », a déclaré Zegeye, qui a grandi dans un petit village de la région rurale d'Ethiopie, à une centaine de kilomètres de Mekelle.

Une grande partie du défi que représente l’introduction de nouvelles technologies dans les régions rurales de l’Éthiopie réside dans la sensibilisation des populations locales susceptibles de résister au changement. (Gracieuseté du Center for Global Engineering du Technion)

Tamar Fradkin, 27 ans, étudiante en architecture au Technion, a suivi un cours d'été dans le programme en 2016. Elle a suivi des cours sur la mondialisation, le monde en développement et la durabilité, et a passé une semaine dans un village du nord de l'Éthiopie, s'initiant aux problèmes locaux et aidant à concevoir des solutions.

«Cela m'a fourni l'un des outils les plus puissants que j'ai reçus dans mon éducation: la perspective humaine de notre travail, une compréhension de ceux pour qui nous concevons», a déclaré Fradkin. «En milieu universitaire, vous lisez et étudiez souvent des livres plutôt que d'apprendre et rencontrer de vraies personnes sur le terrain. C’est l’une des choses les plus importantes et les plus pratiques que j’ai faites. Vous sentez que vous faites quelque chose. "

Ari Van Der Merwe, étudiant de Technion âgé de 24 ans et résidant à Jérusalem, a passé son été 2017 à travailler sur un projet d'Ingénieurs sans frontières beaucoup plus proche de chez lui, à Haïfa. Sa mission était de développer un projet pour aider la population locale mal desservie. Les sections locales ont répété à plusieurs reprises qu'elles avaient besoin d'espace vert et ouvert, ce qui faisait défaut dans leur communauté depuis qu'un parc du quartier était tombé en ruine des années auparavant.

Bien qu'il ne s'agisse pas d'un projet d'ingénierie traditionnel, les étudiants devaient acquérir des compétences en résolution de problèmes et en approche communautaire faisant partie du mandat du Center for Global Engineering.

«Je cherchais quelque chose de plus près et vraiment sur le terrain, où vous pouvez être là toutes les semaines et vous faites une différence là où vous vivez», a déclaré Van Der Merwe.

Les élèves ont également fait du bénévolat dans une école élémentaire locale et ont exploré divers autres projets, notamment la création d’un café de style éthiopien où les nouveaux immigrants éthiopiens en Israël pourraient partager leur culture avec leurs voisins israéliens à Haïfa.

«Pour ces communautés, un petit changement modifie considérablement leur qualité de vie», a déclaré Avigail Dolev, directeur du Center for Global Engineering.

Pendant ce temps, les étudiants acquièrent une expérience pratique en utilisant leur éducation et leurs compétences pour développer des solutions aux problèmes de la vie réelle.

"C'est une situation gagnant-gagnant", a déclaré Dolev.

Source : Center for Global Engineering du Technion

A lire également :

Pour une meilleure expérience de lecture
veuillez consulter ce site en format portrait, merci :)