#Economie : Des sociétés et accélérateurs européens se dirigent vers Tel Aviv avec plus de 300 Millions de de Dollars à investir dans les startups israéliennes

La «relation privilégiée» d'Israël avec les États-Unis, la plus grande économie du monde et le plus grand partenaire commercial d' Israël , en a fait une destination de choix pour les start-ups et les entreprises israéliennes qui souhaitent mondialiser leurs technologies.

Une vue aérienne de Tel Aviv-Jaffa. Photo par  Shai Pal  sur  Unsplash

Selon la base de données Finder de la Start-Up Nation Central  qui suit l'écosystème technologique israélien, il existe plus de 1 850 entreprises israéliennes ayant au moins une adresse américaine, sur un total de plus de 6 200 startups et entreprises. Et il existe principalement dans la Silicon Valley et à New York des communautés israéliennes de haute technologie en forte croissance.

Les entreprises américaines et les multinationales constituent également la majorité des investisseurs étrangers dans les entreprises israéliennes et des acheteurs de startups israéliennes. Un rapport récent du Centre de recherche IVC a noté qu'en 2018, 78% des acheteurs des entreprises israéliennes étaient américains, contre 43% en 2017. Les plus grandes multinationales américaines - Microsoft, Google, Facebook, Amazon - ont toutes des activités basées en Israël, notamment dans la R&D.

Google Israël à Tel Aviv

Google Israël à Tel Aviv

L’Europe, quant à elle, est le deuxième partenaire commercial d’Israël, mais elle gère un certain nombre de programmes dirigés par le gouvernement et visant à la collaboration. Son initiative à Horizon 2020 est sans équivalent: un projet de recherche et d'innovation doté de près de 80 milliards d'euros (90 millions USD) de financement disponible sur sept ans (2014-2020), a bénéficié de plus de 700 millions EUR (791 millions USD) de subventions versées à des chercheurs et entrepreneurs israéliens. jusqu'à présent, selon Ruth Friedel, responsable des programmes européens à ISERD - la direction de la R & D Israël-Europe.

"Dans cette plate-forme, Israël est très actif, par le biais de consortiums et du monde universitaire, et notre travail consiste à promouvoir et à maximiser la participation israélienne", a déclaré Friedel à NoCamels.

Et l’Europe semble avoir faim d’autres innovations israéliennes.

La semaine prochaine, Israël accueillera des représentants européens des principaux accélérateurs technologiques et des entreprises du continent pour le cinquième volet de la conférence "Europe Days" , qui servira de plate-forme pour exploiter le potentiel commercial énorme existant entre Israël et l'Allemagne, la Suisse et l'Autriche.

Plus de 300 millions d’euros (335 millions de dollars) de possibilités de financement seront au rendez-vous pour cet événement réunissant des entreprises et des investisseurs européens et quelque 200 entrepreneurs israéliens.

Gilli Cegla, le fondateur de la conférence, entrepreneur et investisseur spécialisé dans les marchés européens, explique à NoCamels que son objectif "est de sensibiliser davantage et de créer davantage de relations commerciales entre les écosystèmes technologiques israélien et européen".

Toits de la ville de Berlin à Alexanderplatz.  <a href = "https://depositphotos.com/stock-photos/berlin.html?qview=58358399" rel = "noopener noreferrer" srcset =

Photos du dépôt ”width =” 1024 ″ height = ”731 ″> Horizon urbain de Berlin sur l'Alexanderplatz. Déposer des photos

«Par défaut, les startups israéliennes vont aux États-Unis et je pense qu’elles passent à côté d'occasions. Si je vole entre trois heures et demie et cinq heures [depuis Israël], je pourrai puiser dans des économies très riches et bien établies », déclare Cegla.

La conférence combine des conférences, des tables rondes, des réunions 1 to 1 et d’autres possibilités de mise en réseau, le tout dans le but de maximiser les échanges entre les participants. Parmi les entreprises qui participeront à l'événement du 19 mars, citons Metro, grand distributeur européen, hub: raum, l'incubateur technologique de la société de télécommunications allemande Deutsche Telekom, le fournisseur de télécommunications suisse Swisscom et Wayra de Telefonica. Ils présenteront des opportunités de financement ainsi que diverses opportunités commerciales aux startups israéliennes.

Cegla a déclaré lors de conférences précédentes que l'événement avait démontré un taux de conversion de 15% lorsqu'il s'agissait de startups israéliennes à la recherche de collaborations européennes.

Après l’événement de l’année dernière, le groupe israélien Texel, qui fournit une solution d’approvisionnement VR en marque blanche aux radiodiffuseurs ou aux propriétaires de contenu, a signé un accord de collaboration avec la chaîne sportive européenne Sport1.

Cegla a déclaré à NoCamels qu'il existe trois niveaux d'entreprises du monde des affaires qui recherchent l'innovation en Israël: les grandes entreprises, les petites et moyennes entreprises (PME) et les accélérateurs.

«Les très grandes entreprises innovent mais ont toujours besoin d'une sauce spéciale dans certains segments», explique Cegla, qui travaille depuis 16 ans sur la ligne Israël-Europe.

«Les PME représentent 95% de l’ensemble de l’économie de l’UE. Leur chiffre d'affaires varie entre 20 et 100 millions d'euros par an. Ils n'ont pas de département de R & D et ils ont besoin d'innovations pour évoluer, ils ne peuvent le faire seuls. Pour cela, les startups israéliennes et l'innovation sont une excellente solution », a-t-il déclaré à NoCamels. «Pour maintenir leur élan, les PME ont besoin de la prochaine étape et c'est pourquoi elles viennent ici. Nous sommes un bon investissement. "

En effet, les entreprises européennes de taille moyenne cherchent à améliorer tous les secteurs. Lors de la conférence «Europe Days», l'accent sera mis sur les technologies FinTech, IoT, Mobile, Media, Retail, Cyber, Web, Sportech et Industry 4.0.

Plus tôt ce mois-ci, une subvention de 2,45 millions d'euros destinée aux PME en faveur des PME , octroyée par le Conseil européen de l'innovation (CEI) de la Commission européenne, a été octroyée à la start-up VAYAVISION basée à Tel Aviv . La société israélienne a annoncé qu'elle envisageait d'utiliser les fonds pour amener son logiciel de perception sur le marché européen et y établir une présence locale.

L’entrée d’un magasin Swisscom à Winterthur, en Suisse.  Déposer des photos

L’entrée d’un magasin Swisscom à Winterthur, en Suisse. Déposer des photos

Cegla dit qu'il y aura également des représentants de sept accélérateurs européens à la conférence.

«Nous avons sept accélérateurs d’énormes entreprises venant à Tel Aviv pour recruter des Israéliens dans leurs programmes. Personnellement, je suis émerveillé », déclare Cegla.

«La qualité des startups israéliennes est en moyenne supérieure à celle de leur marché local. En outre, de nombreux accélérateurs tentent d'innover dans de nouveaux domaines et en Israël, nous sommes plus audacieux et expérimentaux et nous sommes plus tôt pour adopter et essayer de nouvelles choses », a-t-il déclaré.

18 conférenciers se sont rendus à Tel Aviv pour la conférence, dont: Sylvia Dudek, directrice de programme pour les programmes d'accélérateur de Metro; Pascal Damm, COO Digital de Sport1; Eliana Zamprogna, CTO, M-Industry de Migros, le plus grand détaillant de Suisse; Christian Lindener, PDG Allemagne de Wayra de Telefonica; Inga Land, directrice générale de: agile by E.ON; et Michael Amtmann, responsable des affaires nouvelles chez Mueller Media.

En outre, des organismes gouvernementaux européens tels que Germany Trade and Invest, l'agence allemande de développement économique et des représentants des villes de Berlin, Cologne et Vienne participeront à cette initiative, offrant divers programmes de soutien aux entrepreneurs israéliens intéressés à faire des affaires en Europe.

Depuis que Cegla a commencé les conférences il y a cinq ans, il a constaté une augmentation du nombre d'accélérateurs souhaitant venir d'Europe à Tel Aviv, davantage de sociétés installant des bases en Israël, ainsi qu'un plus grand nombre de PME cherchant à travailler avec des technologies bleu et blanc. start-up, "comprenant qu'ils doivent aller de l'avant, en s'ouvrant aux startups non européennes".

La tendance a également été constatée par l'autorité israélienne de l'innovation, dont le président, Aharon Aharon, a noté dans les présentations officielles une nette augmentation de l'activité en Israël des multinationales européennes, notamment la multinationale suisse Novartis, la multinationale suisse Lonza Pharma & Biotech, les géants de l'automobile Daimler et BMW. et la société alimentaire Nestlé, entre autres.

Une diapositive fournie par l'autorité israélienne de l'innovation montrant l'activité multinationale en Israël.  Courtoisie

Une diapositive fournie par l'autorité israélienne de l'innovation montrant l'activité multinationale en Israël. Courtoisie

Cegla a déclaré que la conférence faisait partie de la plate-forme Europe Days, qui vise à «connecter les entrepreneurs israéliens à la« scène technologique »dans les différents pays européens afin de tirer parti de l'énorme potentiel commercial de la coopération».

Le potentiel est vraiment grand. Selon un nouveau rapport publié par l'organisation Start-Up Nation Central, les levées de fonds visant à soutenir les startups et les entreprises de haute technologie israéliennes sont en hausse, ces dernières levant 6 milliards de dollars en 2018, soit 15% de plus qu'en 2017.

Et tandis que les Européens sont plus structurés, Cegla dit qu'ils "aiment la façon dont les Israéliens abordent les choses avec une pensée différente".

Pour rendre la conférence «familiale» tant pour les Israéliens que pour les Européens, les organisateurs ont noté que la conférence commencerait à l’heure (il s’agit également d’une conférence européenne) et ont mis en place un menu fusion euro-israélien avec du strudel et du café (par opposition à rugelach), et se poursuit avec saucisses allemandes, bière allemande, falafel et bretzels.

La présence de nourriture peut avoir un effet positif sur les transactions commerciales, après tout. Et, dans ce cas, les Européens et les Israéliens devraient être de bonne humeur.

Viva Sarah Press est journaliste et conférencière. Elle écrit et parle de la créativité et de l'innovation en Israël et au-delà. www.vivaspress.com

Source : NoCamel

A lire également :

Pour une meilleure expérience de lecture
veuillez consulter ce site en format portrait, merci :)