Fuad Fared: Pionnier de la Hi-tech druze

Le professeur Fares a fondé et dirige le département de génétique moléculaire du centre médical Carmel de Haïfa.

Fuad Fares et son fils Basem travaillant ensemble à la faculté de médecine du Technion. (crédit photo: courtoisie)


Article écrit par le prof. Fuad Fares, traduit par le Technion France

En octobre dernier, j'ai parlé à un rassemblement de présidents d'universités canadiennes à Ottawa. La réunion avait pour thème «L'Innovation inclusive - Comment intégrer les Canadiens autochtones, appelés Premières nations ou Inuits, les immigrants et d’autres personnes souvent marginalisées."

J'ai fait valoir que l'innovation efficace était par définition inclusive, car les meilleures idées viennent souvent de l'extérieur - des excentriques, des nerds, des inadaptés, de ceux qui pensent différemment et agissent différemment. Mais j'ai vite compris que c'était du pur sophisme. La start-up nation tant vantée est en grande partie limitée à un très petit secteur privilégié, principalement concentré à Tel Aviv, et est loin d'être inclusive.

Pour cette raison, j’ai été heureux d’apprendre récemment que le professeur Fuad Fares, professeur de biomédical druze et entrepreneur de Hurfeish, village du nord de la Galilée, a connu un succès retentissant et sert de modèle à sa communauté.

Le professeur Fares a fondé et dirige le département de génétique moléculaire du centre médical Carmel de Haifa. Il est également professeur associé au département de biologie humaine de l'Université de Haifa et maître de conférences à la faculté de médecine Technion.
Hurfeish, avec une population de 6 231 habitants, se situe à l'est de Nahariya, près de la frontière libanaise. Cela remonte aux temps pré-croisés. Presque tous les habitants sont druzes. Beaucoup servent avec la police israélienne et les FDI. Il y a environ 130 000 Druzes en Israël. La religion druze se détache de l'islam et révère Jéthro, le beau-père de Moïse.

Dans un échange de courrier électronique, le professeur Fares m'a raconté son histoire inhabituelle.

Votre parcours vers le succès en tant que chercheur et entrepreneur a été remarquable. Pouvez-vous raconter votre histoire, selon vos propres mots, de vos années d'école à Hurfeish à l'annonce du 24 avril 2013, selon laquelle OPKO Health faisait l'acquisition de Prolor Biotech pour 480 millions de dollars?
J'ai grandi à Hurfeish, un village druze au nord d'Israël. À l'école, j'ai démontré l'excellence en mathématiques, physique, chimie et biologie. Après le lycée, j'ai postulé pour étudier la médecine et la biologie, et j'ai été accepté par la faculté de biologie de l'Université hébraïque de Jérusalem.

Pendant mes études, j'ai travaillé comme assistant de recherche dans le laboratoire du défunt professeur Robert Werman au département de neurobiologie. Le professeur Werman a demandé si je souhaitais poursuivre mes études de maîtrise dans son laboratoire.

Au même moment, j’ai contacté le professeur Joseph Brandes de la faculté de médecine Technion et j’ai accepté sa suggestion de participer à la recherche sur le cancer du sein et de l’endomètre. J'ai décidé de passer au Technion parce que le sujet de recherche était intéressant et parce que c'était proche de mon village.

J'ai terminé ma maîtrise et poursuivi directement des études de doctorat au département de pharmacologie de la faculté de médecine Technion sous la supervision du professeur Moshe Gavish. Pendant mes études, j'ai épousé Samia Gadban. Elle est druze de Hurfeish.

Pendant mes études au Technion, j'ai entendu parler d'un programme de médecine de quatre ans à l'Université de Tel Aviv. J'ai postulé et j'ai été accepté pour ce programme. Cependant, j'ai pris la décision clé de continuer à travailler dans la recherche médicale.

J'ai terminé mon doctorat au Technion et j'ai commencé à chercher une bourse postdoctorale aux États-Unis. Trois départements m'ont accepté et j'ai choisi le département de biologie moléculaire et de pharmacologie de l'Université Washington à Saint-Louis, sous la supervision du professeur Irving Boime.

Déménager de Hurfeish aux États-Unis avec ma femme et mes deux enfants n'a pas été facile. Cependant, après quelques mois, ma femme et mes enfants ont commencé à parler anglais, mes enfants se sont habitués à leur école et j'ai commencé à me concentrer sur mes recherches.

J'ai travaillé sur l'ingénierie génétique de protéines recombinantes et j'ai réussi à développer une nouvelle hormone de fertilité utilisée dans le monde entier.

Trois ans plus tard, le Carmel Medical Center de Haïfa m'a proposé de créer un laboratoire de génétique moléculaire. J'ai accepté et je suis rentré chez moi en Israël. J'ai équipé le laboratoire spécialisé dans le dépistage des maladies génétiques au sein des communautés israéliennes, toutes religions confondues.

Pendant mon travail à l'hôpital, j'ai gardé mon intérêt pour la recherche. J'ai été maître de conférences au département de pharmacologie de la faculté de médecine du Technion et ai enseigné la pharmacogénétique aux étudiants en médecine. En parallèle, j'ai lancé une start-up dans le bio-incubateur Technion, destinée à la conception de protéines recombinantes à longue durée d'action destinées à un usage clinique. La société a été soutenue par le ministère des Sciences pendant trois ans, puis j'ai engagé le Dr Avri Havron en tant que PDG.

Ensemble, nous avons cherché d'autres fonds d'investissement. Shai Novik a rejoint le projet et a réussi à trouver des investisseurs américains. La société a déménagé de Haïfa au parc scientifique de Nes Ziona. En 2007, la société est devenue publique sur le Nasdaq et en 2010, elle a également été inscrite à la bourse de Tel-Aviv. Le Dr Phillip Frost a rejoint la société et en 2013, la société a pris sa retraite. il a été acquis par OPKO Health, à Miami, sous l’égide du Dr Frost (président du conseil d’administration de Teva Pharmaceuticals, 2010-2015).

Dans la presse, il a déjà été dit que vous vouliez devenir médecin, mais les conditions d'admission étaient trop élevées. Au lieu de cela, vous avez décidé d'étudier la biologie, mais vous ne vouliez pas devenir enseignant au secondaire. «Je pensais pouvoir aller plus loin», avez-vous dit. Et vous l'avez bien fait. Quelle est la source de votre motivation et de votre aspiration pour aller plus haut?

Au début, je voulais vraiment étudier la médecine; J'ai appliqué au Technion et à la faculté de médecine de l'Université hébraïque pour réaliser ce rêve. Cependant, j'ai été accepté pour étudier la biologie. Lorsque j'ai terminé mon premier diplôme en biologie, il était difficile de trouver un travail autre que celui d'enseignant. J'ai donc décidé de continuer mes recherches.

J'ai consulté plusieurs de vos articles dans Google Scholar. Beaucoup d'entre eux concernent les protéines de longue durée. Vous avez réalisé des percées en trouvant des moyens de faire en sorte que les «bonnes» protéines (thérapeutiques) durent plus longtemps dans notre corps. Qu'est-ce qui vous a donné l'idée de faire de la recherche sur ce sujet? Et comment et quand avez-vous réussi cette percée (je crois à l'Université Washington de Saint-Louis)? Pouvez-vous expliquer comment vous protégez génétiquement des protéines pour les rendre plus durables?

Ce sujet a commencé à l'Université de Washington. Le projet étudiait la structure et la fonction des glycoprotéines à l'aide de méthodes de génie génétique (importantes pour le système immunitaire). Dans le cadre de ce projet, nous avons découvert qu'un gène trouvé dans une hormone produite dans le placenta pendant la grossesse est responsable de la demi-vie de la protéine circulant dans le sang. Ensuite, nous avons combiné cette partie du gène avec une autre hormone, la FSH (hormone de stimulation du follicule), qui joue un rôle essentiel dans la fertilité, et avons réussi à prouver ce concept (protéine durable). Les résultats étaient prometteurs et les sociétés Organon et Merck ont ​​poursuivi le projet jusqu'au stade des études cliniques et de ses améliorations ultérieures, dans la Communauté européenne, à des fins d'utilisation clinique.

Vous êtes le premier membre druze du comité de l'enseignement supérieur. Quelle est votre vision de l'enseignement supérieur inclusif, pour les minorités israéliennes druze, arabes et autres?

Grâce au Conseil de l'enseignement supérieur, j'ai réalisé que le nombre de minorités [en sciences et en médecine] est faible. J'ai rejoint le sous-comité du budget et de la planification afin de changer cette réalité. Au fil des ans, nous avons constaté que le nombre d’étudiants issus des minorités avait considérablement augmenté. Cependant, nous avons encore besoin de travailler dans la communauté druze car nous avons deux difficultés. La première est que les femmes religieuses ne sont pas autorisées à quitter leur domicile et la seconde est que les soldats druzes ont du mal à entrer dans le monde universitaire une fois leur service dans les FDI terminé.

Votre diplôme de DSc provient de la faculté de médecine de Technion. Comment vos études Technion ont-elles façonné votre carrière de chercheur - en vous attaquant à de grands défis et en trouvant des solutions créatives? Y avait-il un professeur particulier qui vous a influencé?

Je pense que j'ai réussi mes études au Technion. Comme nous le savons, étudier au Technion est un défi. Mon superviseur, le professeur Moshe Gavish, et moi avons publié de nombreux articles ensemble. Le professeur Gavish a fait pression pour des publications, ce qui était essentiel pour notre carrière de chercheurs. Cependant, rejoindre l'Université de Washington et le laboratoire du professeur Irving Boime, et étudier la biologie moléculaire et les méthodes de génie génétique, ainsi que le succès avec lequel de nouvelles protéines ont été développées, ont changé ma carrière.

Vous êtes le premier inventeur de la demande de brevet international WO 2014/199379 de l’OMPI pour le traitement du cancer colorectal (la deuxième cause en importance de décès par cancer) avec un extrait de dittrichia viscosa (une fleabane collante), une mauvaise herbe vivace qui pousse au sommet d’une colline. au bord des routes. Je pense que vous avez d'autres médicaments potentiels à base de plantes que l'on trouve couramment en Galilée. Quelle est l'histoire derrière fleabane? Comment êtes-vous arrivé à cela? Et quelle est l'histoire du nouveau traitement pour le cancer du pancréas (un tueur mortel), basé sur un composé à base de champignons trouvé dans le Carmel?

Je suis intéressé par la recherche sur le cancer afin de trouver de nouveaux outils pour le diagnostic précoce et le traitement du cancer. L'un des projets en cours dans mon laboratoire est l'identification de produits naturels pour le traitement du cancer. La recherche est basée sur deux sources naturelles; plantes médicinales et champignons médicinaux.

Nous avons identifié une espèce de champignon médicinal et une plante qui ont un effet intéressant sur la mort cellulaire des cellules cancéreuses. Ces produits inhibent la croissance des tumeurs induites dans les modèles animaux. Récemment, nous avons identifié la structure chimique de l'un des composés en cours de synthèse afin de le développer comme produit naturel pour le traitement des cancers du pancréas et colorectal. J'ai fondé une start-up, “CanCurX, Ltd.”, à l'Université de Haïfa et nous avons déposé trois brevets sur ce concept. Nous recherchons maintenant des fonds d'investissement pour procéder à des essais cliniques.

Quelles recherches menez-vous actuellement que nos lecteurs pourraient trouver intéressantes et significatives?

Je pense que le traitement des maladies génétiques, la génétique du cancer, la médecine personnalisée, la prévention du cancer et les nouvelles stratégies de traitement du cancer présentent un grand intérêt.

Quel message important voudriez-vous transmettre à nos lecteurs?

Peu importe votre point de départ, aucun obstacle ne peut faire obstacle à votre désir de progresser et d’atteindre vos objectifs.

L’écrivain dirige le centre de données de recherche Zvi Griliches de l’Institut S. Neaman, Technion, et publie des blogs sur www.timnovate.wordpress.com.

A lire également :

Pour une meilleure expérience de lecture
veuillez consulter ce site en format portrait, merci :)