Les relations avec la Chine et l'Inde ont ouvert les portes de l'Asie à Israël

Israël et la République populaire de Chine marquent cette semaine 25 années de relations diplomatiques, a rapporté mardi le ministère israélien des Affaires étrangères

L'établissement de relations diplomatiques avec la Chine et, une semaine plus tard, avec l'Inde, a ouvert les portes de l'Asie à Israël, qui continue de profiter des avantages de ses relations jusqu'à aujourd'hui.

 

Le 24 janvier 1992, à Beijing, les ministres des Affaires étrangères respectifs, David Levy et Qian Qichen, ont signé l'accord établissant les relations diplomatiques entre les deux pays.

Le lien étroit entre les peuples israélien et chinois est ancien, datant de la communauté juive de Kaifeng il y a mille ans. Les communautés juives ont prospéré aussi à Harbin, Tianjin et Shanghai, où des milliers de Juifs ont trouvé refuge pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

Les relations entre les deux peuples étaient et sont toujours basées sur le respect mutuel et des intérêts communs. Les deux peuples proviennent de cultures anciennes qui ont réussi à préserver leur caractère unique et leur patrimoine moral tout au long de milliers d'années d'histoire.

           

Israël a reconnu la République populaire de Chine en janvier 1950, le premier État au Moyen-Orient à le faire. Néanmoins, les relations diplomatiques n'ont été mises en place qu'en janvier 1992. Depuis lors, les deux Etats ont bénéficié d'une coopération dans divers domaines, atteignant de nouveaux sommets ces dernières années.

 

À la lumière de l'importance croissante de la Chine dans le monde, le ministère israélien des Affaires étrangères a investi des efforts et des ressources pour améliorer leurs relations.

Israël a ouvert deux missions en Chine, l'une à Guangzhou et l'autre à Chengdu, en plus de l'ambassade de Beijing et du consulat de Shanghai, avec une augmentation du nombre de responsables du ministère des Affaires étrangères au service du pays.

 

Depuis deux ans, le ministère israélien des Affaires étrangères a dirigé un comité intergouvernemental pour l'innovation qui regroupe une dizaine de ministères et d'organismes gouvernementaux de chaque pays.

Le comité est présidé par le Premier ministre Benyamin Netanyahou et le vice-premier ministre chinois Liu Yandong. Dans le cadre d'un plan triennal signé en 2014, chaque ministère du gouvernement israélien promeut, conjointement avec son homologue chinois, des projets conjoints dans les domaines de la recherche et de l'innovation, des sciences, du monde universitaire, de l'agriculture et de la santé.

La troisième réunion du comité d'innovation israélo-chinois se déroulera en présence de hauts responsables lors d'un rassemblement festif marquant également 25 ans de relations

Une autre plate-forme gouvernementale est le groupe de travail économique israélo-chinois, dirigé par le bureau du Premier ministre israélien et la Commission nationale de développement et de réforme de la Chine. Un plan devrait être signé au cours de l'année.

 

Le commerce, qui s'élevait à 50 millions de dollars au moment où les relations ont été établies, a atteint maintenant plus de 11 milliards de dollars. La Chine est le troisième partenaire commercial d'Israël dans le monde et son plus grand partenaire en Asie.

Plus d'un tiers des investissements de haute technologie en Israël au cours de la dernière année sont venus de Chine. Les négociations ont commencé depuis un accord de libre-échange qui augmentera ces chiffres

Dans le cadre d'une décision du gouvernement de renforcer les liens avec la Chine, le ministère des Affaires étrangères a lancé un programme visant à amener les jeunes dirigeants chinois en Israël, en mettant l'accent sur la coopération en matière d'innovation.

Le programme a été lancé au début de 2016 et, à ce jour, 27 délégations proviennent d'instances dirigeantes en Chine. Le programme est prévu pour une durée de trois ans et contribuera à tisser des liens  avec la prochaine génération de dirigeants chinois.

Les missions israéliennes en Chine ont contribué à ouvrir les portes aux milieux universitaires israéliens. Il existe une large coopération dans le domaine des projets de recherche, et les plus grandes universités chinoises ouvrent des centres d'innovation en coopération avec des universités israéliennes (par exemple, le centre d'innovation de Tsinghua, l'université de Tel-Aviv).

Benjamin Netanyahou et Liu Yandong, la vice-première ministre chinoise à Jérusalem en 2016 (FLASH90)

 

Le Technion a choisi d'ouvrir une branche - seulement sa deuxième branche en dehors d'Israël - dans la ville de Shantou en Chine méridionale. Le nouveau campus devrait être terminé d'ici la fin de cette année.

Une autre initiative du ministère des Affaires étrangères pour éliminer les obstacles à la coopération bilatérale a été l'avancement d'un accord réciproque visant à accorder des visas de dix ans pour les entreprises et les touristes. Israël était le troisième pays - après les États-Unis et le Canada - à signer un tel accord avec la Chine.

Un autre développement important a été le début des vols directs entre Tel-Aviv et Pékin sur Hainan Airlines, la principale compagnie aérienne chinoise, en plus du vol direct El Al sur le même trajet.

Tous ces facteurs ont contribués au doublement du nombre de touristes et d'hommes d'affaires chinois (environ 80.000) qui se sont rendus en Israël en 2016.

Source: I24News

Pour une meilleure expérience de lecture
veuillez consulter ce site en format portrait, merci :)