" Le Technion est le meilleur moyen pour réaliser ses rêves "

Quelques 200 étudiants exceptionnels de la communauté éthiopienne ont visité le Technion dans le cadre de l'événement «Excellence»

Plus de 200 lycéens de la communauté éthiopienne ont visité le Technion la semaine dernière dans le cadre de l'événement «Excellence». Cet événement avait pour but de présenter aux étudiants les critères d'acceptation pour étudier au Technion, et aux nouveaux horizons que cela peut leur ouvrir. L'événement s'est déroulé en coopération avec l'association Leaders of the Future et le projet national éthiopien en Israël (ENP).

Jonathan David, fondateur de Leaders of the Future, qui œuvre pour réaliser le plein potentiel des jeunes de la communauté éthiopienne en Israël, a déclaré: «Je suis ici parce que je veux investir en vous et promouvoir les étudiants de la communauté éthiopienne, vous permettre d'étudier au Technion et investir dans vos études."

Roni Akale, directeur général de l'ENP, a présenté les réalisations de la communauté éthiopienne en Israël qui, en « 30 ans, a minimisé un écart de près de 2 500 ans». Il a déclaré aux étudiants que « certains d'entre vous se souviendront de cette journée comme le jour qui a changé votre vie, parce que c’est le jour qui relie les rêves et leur réalisation. Peu importe que vous souhaitiez être des entrepreneurs ou des chercheurs sur le cancer ou autre chose - les statistiques démontrent que le Technion est le meilleur moyen de réaliser vos rêves. Nous ne pouvons pas progresser à travers les plaintes. Nous devons croire en nous-mêmes, travailler dur et nous rappeler que le seul obstacle au succès réside en nous. J'espère qu'à l'avenir, vous représenterez non seulement la communauté éthiopienne, mais l'ensemble de l'État d'Israël. ”

Le professeur Noam Soker, responsable du Technion Mechina (prépa universitaire), a déclaré aux étudiants que « le Technion traite de la formation de scientifiques et d'ingénieurs, mais non moins important, dans la promotion d'une recherche qui élargit les connaissances humaines et profite aux personnes. La plupart des recherches sont menées par des étudiants de troisième cycle, mais dans le premier cycle, les étudiants ont également la possibilité de participer à des recherches.”

Il a ajouté que les jeunes qui n’ont pas de certificat d’immatriculation ou dont le certificat est insuffisant peuvent néanmoins réussir un programme préparatoire au Technion qui les prépare aux études de l’établissement. «Le Technion a toujours favorisé l’intégration de tous les classes sociales de la société israélienne, en particulier dans le contexte de l’enseignement supérieur scientifique et technologique. Nous sommes heureux d’avoir la possibilité d’accueillir de la jeunesse éthiopienne dans l’espoir que vous serez nombreux à venir au Technion. ”

Sarah Nagosa, qui termine son doctorat à la Faculté de médecine Ruth & Bruce Rappaport, a parlé de son parcours au Technion et de ses années sur le campus. Nagosa a émigré d'Éthiopie en Israël à l'âge de trois ans et a grandi à Kiryat Malachi. Elle a entendu parler du Technion pour la première fois à l'âge de 17 ans, lorsque les donateurs américains Joel et Joan Kushan ont visité un programme auquel elle participait - le Conseil de la jeunesse Kiryat Malachi. Après avoir obtenu son baccalauréat en biologie au Technion, elle a travaillé pendant deux ans chez Pluristem, qui développe des traitements à base de cellules souches. De là, elle est retournée au Technion pour obtenir une maîtrise, qui est devenue une voie rapide pour un doctorat sous la direction du professeur Ruby Shalom Feuerstein.

Elle a parlé aux élèves des difficultés rencontrées, du fait de son test de chimie organique et des encouragements qu'elle avait reçus de sa famille et du Technion lui-même. «Le Technion est difficile sur le plan académique mais doux à tous les égards. Ils ne m'ont jamais laissé faire de compromis académique, mais ils m'ont toujours aidé dans tous les autres aspects, et ici j'ai appris que si vous travaillez dur, vous réussissez », a-t-elle déclaré.

À la fin de l'événement, un groupe d'étudiants s'est réuni avec la participation de Keren Yitzhak, Itamar Ordani, Shai Avig, Aviel Itzhak et Yamserts Dasta.

Keren Yitzhak, âgée de 25 ans, est sur le point d'obtenir son diplôme du département d'informatique et travaille parallèlement à ses études à Mellanox. Elle a déclaré qu’elle avait assisté à une conférence au Technion au moment de sa sortie de l’armée. «Il y a cinq ans, je suis venu comme vous au Churchion Hall du Technion et j'ai entendu une conférence sur l'académie préparatoire du Technion. Ils nous ont dit qu'il y avait des bourses pour les frais de subsistance, les études et les dortoirs, mais je n'y croyais pas et je leur ai demandé s'ils m'aideraient vraiment avec tout cela. Lorsque j'ai été libéré, j'ai immédiatement commencé à étudier dans le programme préparatoire et pour moi, c'est très excitant de rester ici, cette fois sur scène, et de vous dire à quel point il est intéressant d'étudier au Technion. ”

Aviel Yitzhak, 22 ans d'Ashdod, a reçu une offre d'inscription au programme préparatoire du Technion dans le cadre du programme Atidim. Il a dit être arrivé avec des notes médiocres [du lycée] mais avoir terminé avec succès le programme préparatoire et avoir été accepté à la Faculté de génie mécanique où il étudie actuellement. «La route était dure et lors de mon premier examen, j'ai eu un score si bas que j'étais sûr que ce n'était pas un endroit pour moi. Mais j'ai été encouragée et j'ai reçu de l'aide et, finalement, j'ai constaté que lorsque vous investissez, vous réussissez. "

Shay Agiv, 22 ans, a grandi à Yavne; il est également arrivé au Technion sans préparation, mais a terminé le programme préparatoire avec les honneurs. «Premièrement, je pensais que seuls les fils et filles d'ingénieurs, de médecins et de scientifiques étudiais au Technion, mais quand je suis arrivé, j'ai vu d'autres Éthiopiens ici. Il est vrai que nous venons de foyers difficiles, avec des parents qui ne connaissent même pas l'hébreu, mais avec le temps, vous apprenez à étudier plus en profondeur et ce processus vous permet également de devenir une personne plus sérieuse et meilleure. "

Itamar Ordani, qui étudie à la faculté d'informatique, a déclaré que dans le quartier où il a grandi, il n'y a pas beaucoup d'étudiants. «Quand je reviens dans mon quartier, tout le monde dit:" l'étudiant est rentré à la maison ". Ils sont fiers de moi et fiers de montrer aux autres jeunes qu’ils peuvent aussi venir étudier ici. »

Yamserts Dasta, qui termine son diplôme en systèmes d'information à la faculté d'informatique et à la faculté d'ingénierie et de gestion industrielles, a réussi le programme préparatoire Technion et a ensuite poursuivi ses études de premier cycle. «Dans ma famille et dans mon environnement, il n'y a pas d'ingénieurs, de sorte que j'ai dû apprendre beaucoup de choses par moi-même. J'arrive bientôt à la fin de mes études et j'espère trouver du travail dans ce domaine - ce qui sera intéressant et satisfaisant. "

Source : Technion

A lire également :

Pour une meilleure expérience de lecture
veuillez consulter ce site en format portrait, merci :)