Les étudiants du Technion élaborent un parachute pour les unités de secours pour les cas de force majeure.

Une aide humanitaire d'une tonne a pu être parachutée à haute altitude. L’atterrissage au cœur de la cible test a été un succès, grâce à l'élaboration par des étudiants du Technion d'un système de guidage de parachute.

 Les étudiants de la Faculté d'ingénierie aérospatiale du Technion ont développés un moyen unique d'aider les victimes de catastrophes, à des altitudes extrêmement élevées. En effet, avec le PANDA “Parachuted Assistance for Natural Disaster Areas” que l’on peut traduire par "Parachute d’Aide pour les Zones de Catastrophes Naturelles", l’acheminement d’aide médicale devient plus facile. 

 

 Lors de l’essai effectué à la fin de l'année dernière, les élèves ont réussi à parachuter des fournitures d'un avion de fret volant à des altitudes allant jusqu'à six mille cinq cents km de hauteur, et ont pu acheminer une charge de 1 tonne à moins de 100 mètres du centre de leur cible. Le système de guidage « hi-tech » du parachute mis au point par les élèves pourrait grandement améliorer l'acheminement d'aide aux victimes de catastrophes naturelles lorsque l’acheminement terrestre n’est pas possible et ce, sans risquer d’envoyer de parachutistes.

 "Dans les zones sinistrées, les infrastructures vitales telles que les routes ou les chemins de fer menant à ceux-ci sont souvent détruites ou gravement endommagés, ce qui rend impossible pour les véhicules au sol de fournir de l'aide", a expliqué le chef de projet Benjamin Landkof, Professeur adjoint de la Faculté  d’Ingénierie aéronautique. "Des méthodes alternatives pour fournir de la nourriture et les premiers soins sont nécessaires."

 Le fait de parachuter des fournitures depuis le ciel est assez commun pour approvisionner les victimes de catastrophes. Mais les parachutes traditionnels ne peuvent pas être dirigés après avoir été jetés leur cargaison. De plus, le ciblage de la cargaison nécessite que le pilote de l'avion  vole à une altitude relativement basse pour empêcher que le parachute dérive avec le vent.

 "Outre le risque pour les intervenants lorsque l’avion est à basse altitude, la marge d'erreur est élevée", a déclaré le Professeur Landkof.

"Parfois, la cargaison se trouve à des centaines de mètres de la zone cible. En raison de ces facteurs, des parachutes commandés à distance ont été développés pour permettre de ralentir la chute du parachute peu avant l'atterrissage. Le système de guidage PANDA dirige le parachute en direction de la cible désirée au moyen d'un ordinateur de bord, de deux servomoteurs, d'un GPS, de piles et de différentes jauges. »

Ce projet étudiant qui a durée un an, a été mené en collaboration avec la société de produits avec APCO Aviation. Des expériences ont été effectuées sur un parachute de démonstration fourni par la société. Les processus de développement du système comprenaient des simulations et des analyses du parachute, des améliorations et des expériences sur le terrain.

 "Notre premier semestre sur le projet a été consacré à la caractérisation des exigences, les spécifications de construction, et l'examen de l'activité dans ce domaine à travers le monde", a déclaré l'étudiant en ingénierie, Nahum Eisen.

"Le deuxième semestre a été consacré au développement pratique du parachute, à des simulations et des essais sur le terrain montrant que le système était viable et en mesure de faire atterrir les cargaisons près de leur cible - à moins de 100 mètres –lorsqu’il est parachuté à une altitude d'environ sept kilomètres de hauteur. »

Un des objectifs d'APCO Aviation était d'améliorer son parachute existant et, à la suite ce projet, l'entreprise a reçu de nombreuses axes  d'amélioration. 

 Les membres de l'équipe étudiante étaient Nahum Eisen, Gilad Gotlieb, Amir Baidani, Avihai Ben-Naim, Tzahi Calderon, Amir Yanai, Daniel Potashnikow, Gal Rosenthal et Michal Vahav.

Pour une meilleure expérience de lecture
veuillez consulter ce site en format portrait, merci :)