Une entreprise israélienne envisage de rendre obsolète les injections d'insuline

Kadimastem vise à faire disparaître les aiguilles des patients diabétiques en développant un mécanisme à base de cellules souches qui crée de l'insuline dans le corps.

La médecine moderne est parfois vraiment extraordinaire, de nombreuses maladies et affections qui, dans le passé, étaient mortelles sont maintenant traitable et curable. Non seulement la médecine est efficace, mais ces dernières années, elle est devenue plus pratique, futuriste et innovante.

Alors, pourquoi beaucoup de gens ont-ils encore besoin de s'injecter de l'insuline tous les jours pour rester en vie ?

C’est un problème que la société israélienne de biopharmaceutique Kadimastem tente de résoudre. Il espère révolutionner le traitement du diabète et faire en sorte que les aiguilles fassent partie d'un lointain souvenir pour les patients insulino-dépendants, en créant un dispositif intégré au corps qui créera l'insuline par lui-même.

Le diabète est un trouble métabolique dans lequel les taux de sucre dans le sang sont excessifs. Il en existe deux types  - le diabète de type 1 survient lorsque le pancréas ne peut pas créer suffisamment d’insuline, l’hormone chargée de réduire le taux de sucre dans le sang, tandis que le diabète de type 2 se produit lorsque les cellules deviennent résistantes à l’insuline.

Puisque leur corps ne peut pas produire l'insuline nécessaire, toutes les personnes atteintes de diabète de type 1 doivent recevoir de l'insuline provenant d'une source externe.

Dans l’ensemble, la population mondiale dépendante de l’insuline compte plus de 100 millions de personnes.Et environ 30% des patients atteints de diabète de type 2 deviennent également dépendants de l'insuline.

La médecine traditionnelle s'attaque à ce problème à grande échelle en fournissant des injections d'insuline. Cela implique généralement que les patients mesurent leur taux de sucre dans le sang et s’injectent de l'insuline plusieurs fois par jour, ce qui leur permet certainement de sauver des vies, mais aussi de leur donner du fil à retordre.

Cellules souches pluripotentes

Une forme de thérapie plus avancée, découverte en 1999, a révélé que l’implantation de cellules d’îlots de Langerhans chez les personnes atteintes de diabète les libérait des injections d’insuline et du contrôle de la glycémie. Cette méthode était révolutionnaire, mais reposait sur des dons d'organes et nécessitait la suppression du système immunitaire des patients pour qu'ils ne rejettent pas les nouvelles cellules. Ce n'est donc pas une solution idéale.

C’est là que Kadimastem aimerait intervenir. Au lieu d’avoir des gens en attente de dons d’organes, elle envisage de créer de manière indépendante les cellules nécessaires à partir de cellules souches embryonnaires humaines.

« Ces cellules peuvent se transformer en n'importe quel tissu que vous aimez. L'avantage de ces cellules, c'est que vous pouvez les multiplier à l'infini », déclare Kfir Molakandov, responsable du projet sur le diabète chez Kadimastem. « Nous avons cette matière première et nous savons aujourd'hui comment utiliser ces cellules pluripotentes pour les transformer en cellules productrices d'insuline.»

Kadimastem envisage de révolutionner le traitement du diabète et de rendre les injections d'insuline superflues. Photo de Syda Productions via shutterstock.com

Il dispose également d'un moyen simple mais innovant de prévenir le rejet éventuel de cellules saines par le système immunitaire: un dispositif d'encapsulation actuellement mis au point par Kadimastem avec deux entreprises partenaires.

« Il isole les cellules [implantées] du système immunitaire du patient mais leur permet en même temps de fonctionner efficacement pendant un certain temps », a déclaré Kfir Molakandov à ISRAEL21c.

« L’insertion de l’appareil sera une procédure médicale mineure. Le patient ne sentira pas l'appareil et n'aura généralement rien d'autre à faire », note-t-il. " Peut-être qu'ils devront remplacer ces appareils une fois par an ou une fois tous les deux ans."

C'est loin des injections quotidiennes actuelles.

Selon Molakandov, il n’existe pas de tels dispositifs sur le marché, bien que plusieurs sociétés recherchent et développent des traitements similaires.

Prévu sur le marché d'ici une décennie

Le système de fabrication d’insuline de Kadimastem en est actuellement en phase préliminaire, et il faut compter quelques années pour les essais cliniques. Cependant, le système fonctionne très bien chez les animaux, nous dit Kfir Molakandov.

La sortie du produit dépendra du respect des exigences réglementaires, mais Kfir Molakandov estime qu’il sera commercialisé dans les dix prochaines années.
Un autre produit de la société, un traitement similaire par cellules souches pour le traitement de la sclérose latérale amyotrophique ou SLA, fait déjà l'objet d'essais cliniques .

« Comme rien de tel n'existe, nous devons trouver des solutions créatives à de nombreux problèmes qui surviennent en cours de route », explique-t-il à propos de la phase de développement.

" Une des choses à laquelle nous devons penser est la zone dans laquelle nous devons greffer les cellules."

Cependant, la société a déjà relevé avec succès deux défis majeurs: la création de " bonne " cellules et l'élimination des cellules dites " impures " .

« Nous avons un brevet avec l'Institut Weizmann des sciences qui nous permet de sélectionner les cellules appropriées pour le patient ou, dans notre cas, l'appareil.»

Le prochain grand défi consiste à trouver à ces cellules un réceptacle de la forme de l’appareil, ainsi qu’à s’adapter à la production à grande échelle.

Bien que certaines personnes s'opposent à l'utilisation de cellules souches embryonnaires humaines pour des motifs religieux, Kadimastem tire ses cellules des excédents d'embryons destinés à être détruits (par exemple ceux créés pour des traitements de Fécondation In Vitro - FIV) et non des embryons créés à des fins de recherche ou à des fins lucratives.

Toutefois, en cas d'objection sur les futurs marchés, les cellules pluripotentes non embryonnaires pourraient également être utilisées de manière similaire.

Pour ce qui est de l'avenir de Kadimastem, Kfir Molakandov déclare que les possibilités de traitement des cellules souches sont infinies. " Cela pourrait être une maladie du foie, une maladie pulmonaire, des maladies hormonales - toute maladie dégénérative. "

Pour plus d'informations, cliquez ici

Source : Israel21C

A lire également :

Pour une meilleure expérience de lecture
veuillez consulter ce site en format portrait, merci :)