Si vous ne visualisez pas ce courrier électronique, cliquez ici
FEBRUARY 2008
Le Technion: Fer de lance de la science et des technologies israéliennes dans le monde. La préservation de la vie est la motivation première de ses chercheurs et les retombées de ses recherches se font à l’échelle de l’humanité.

Adhérer à l’ATF: c’est encourager et participer à cette formidable dynamique de la préservation de la Vie en Israël et dans le monde.



Association Technion France
46, rue de l'Amiral Hamelin - 75116 Paris
Tél : 01 40 70 13 28 - Fax : 01 40 70 16 79
Email : technion@wanadoo.fr
Website : www.technionfrance.org ou www.technion.ac.il

Muriel Touaty
Directrice



RADIO JUDAICA, 94.8 FM, CHRONIQUE DU TECHNION AVEC MURIEL TOUATY
Mardi : interview des personnalités présentes lors de l’événement annuel du Technion France mercredi 19 décembre 2007

Actualité Juive /2008 no 1006 : Le Technion a relevé les défis de l’Innovation par Yaël Scemam




Le prix de la Fondation France-Israël pour l’excellence de la recherche scientifique à l’UNESCO, Mercredi 12 mars 2008

LE SYMPOSIUM DES LAUREATS DU PRIX NOBEL DE SCIENCE AU TECHNION Lundi 19 mai 2008

Des chercheurs du Technion, en coopération avec le NIH ont réussi à créer un modèle qui simule la maladie de Parkinson chez le cyprin doré (poisson rouge originaire de Chine)

Des étudiants du Technion développent un modèle pour empêcher les corps célestes d’endommager la Terre

Michael Keslassy: un étudiant français au Technion




‘LE TECHNION A RELEVE LES DEFIS DE L’INNOVATION’
MERCREDI 19 DECEMBRE 2007
MAISON DE L’UNESCO


Sous le haut patronage de Monsieur Nicolas Sarkozy
Président de la République


COMPTE RENDU DE LA JOURNEE SCIENTIFIQUE SUR DISPONIBLE SUR WWW.TECHNIONFRANCE.ORG

Toutes les photos de l’événement sur ce lien:
http://lereporter.free.fr/reportages/TECHNIONdec2007



Prix de la Fondation France- Israël pour l’Excellence de la Recherche Scientifique Franco-Israélien

A l’occasion de la venue en France du Président de l’Etat d’Israel, Monsieur Shimon Péres

Mercredi 12 MARS 2008
Maison de l’Unesco, salle IV
De 10h00 à 13h00

SOUS LE HAUT PATRONAGE DE MADAME VALERIE PECRESSE, MINISTRE DE LA RECHERCHE ET DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

SOUS LE HAUT PATRONAGE DE L'UNESCO ET DE S. Exc. MONSIEUR DAVID KORNBLUTH, AMBASSADEUR D'ISRAEL AUPRES DE L'UNESCO

Ce prix est une initiative de la commission scientifique de la FFI présidés par Madame Edith Cresson (France) et le professeur Ilan Marek (Israël)

Invitation et programme sur www.technionfrance.org
Pour assister à cet événement veuillez vous inscrire à
unesco-prixscience@fondation-france-israel.org
Ou par tel. 06.28.06.25.62

Le Jury:
Président d'honneur
: Professeur Claude Cohen-Tannoudji, Prix Nobel de Physique 1997
Professeur David Khayat, Hôpital Pitié-Salpêtrière
Professeur Alain-José Sahel, Hôpital des Quinze Vingt
Professeur Daniel Aberdam, Université Nice, co-directeur du laboratoire ‘Insertech’ au Technion (Inserm-Technion)
Bruno Goud, Directeur de recherche CNRS, Directeur d'une unité à l'Institut Curie UMR144
Olivier Danos, Directeur de recherche CNRS, Ancien directeur de l'Unité mixte CNRS/Généthon à Evry.
Yvan de Launoit , Directeur de recherche CNRS, Directeur de l'Institut de Biologie de Lille
Christian Bailly, Directeur de recherche Inserm
Catherine Dargemont, Directeur de recherche CNRS, responsable d'équipe à l'Institut Jacques Monod

Partenaires: Inserm, Cnrs, Association Technion France, Institut Weizman
Sponsors: CNRS, Pierre Fabre


Agenda:
9h30 : Accueil et enregistrement
10h00 à 13h00 : Allocutions, remise des prix et présentations des travaux scientifiques par les lauréats.
Un cocktail suivra la remise du Prix.

Les lauréats israéliens:
Dr. Shulamit Levenberg, faculté de génie biomédical, Technion, Israel Institute of Technology (cellules souches)
Dr. Michel Pucéat, Inserm (cellules souches)
Dr. Hossam Haick, faculté de génie chimique, Technion, Israel Institute of Technology (cancer)
Dr. Christian Muchardt, CNRS (cancer)


LE SYMPOSIUM DES LAUREATS DU PRIX NOBEL DE SCIENCE AU TECHNION

LUNDI 19 MAI 2008, Israël célèbre 60 ans d’excellence scientifique

Un événement incontournable pour tous les amoureux de la science et de l’innovation. Venez rejoindre la mission organisée par ATF au Technion du 16 au 20 mai 2008. Cette manifestation internationale et de grande envergure est soutenue et parrainée par le professeur Jacques Lewiner, directeur honoraire scientifique de l’ESPCI et vice-Président de l’Association Technion France.

Vous pouvez télécharger le programme du voyage sur www.technionfrance.org
Vous souhaitez participer à la Mission ATF, contacter le 01 40 70 13 28 ou technion@wanadoo.fr

Programme du Symposium du 19 mai 2008:

1ère session:

Président de séance : Professeur Michael Aviram (Technion)

09h00 - 09h20 Allocution de bienvenue : "Prof. Yitzhak Apeloig
"De la chimie à la médecine", Président du Technion
09h20- 09h40 "Science pure et appliquée" Prof. Robert J. Aumann, Israël
(Lauréat du Prix Nobel de Sciences économiques, 2005)
09h40 - 10h00 "La science comme une aventure" Prof. Avram Hershko, Israël
(Lauréat du Prix Nobel de Chimie, 2004)
10h00 - 10h20 "Protéolyse intracellulaire comme future plateforme de développement de médicament" Prof. Aaron Ciechanover, Israël
(Lauréat du Prix Nobel de Chimie, 2004)
10h20 - 11h00 Pause café
11h00 - 11h40 "Entrer et sortir de la mitose" Prof. Tim Hunt, Angleterre
(Lauréat du Prix Nobel de Médecine, 2001)
11h40 -12h20 "Structures de protéine en post génomique", Prof. Kurt Wuthrich, Recherche biologique et biochimique, Suisse (Lauréat du Prix Nobel de Chimie, 2002)
11h20 -13h00 "Trafic nucléo cytoplasmique", Prof. Gunter Blobel, Etats-Unis (Lauréat du Prix Nobel de Médecine, 1999)
13h00 -14h00 Pause

2ème session:

Président de séance: Professeur Jacques Lewiner, Directeur honoraire scientifique de l’ESPCI

14h00 -14h40 "Oxyde nitrique et développement de médicament", Prof. Ferid Murad,
Etats-Unis (Lauréat du Prix Nobel de Médecine, 1998)
14h40 -15h20 "Chimie : rétrospectives et prospectives", Prof. Jean Marie Lehn, France (Lauréat du Prix Nobel de Chimie, 1987)
15h20 -16h00 "L'avenir de la physique" Prof. David Gross, Etats-Unis
(Lauréat du Prix Nobel de Physique, 2004)
16h00 -16h30 Conclusion: Prof. Elie Wiesel, Etats-Unis - "L'éthique en science"
(Lauréat du Prix Nobel de la Paix, 1986)



Des chercheurs du Technion, en coopération avec le NIH ont réussi à créer un modèle qui simule la maladie de Parkinson chez le cyprin doré (poisson rouge originaire de Chine)

Il est déjà utilisé pour des recherches supplémentaires et le développement de médicaments pour lutter contre la maladie

Des chercheurs du Technion de l’Institut de Recherche Famille Rappaport pour la recherche en sciences médicales de l’Ecole de médecine Rappaport du Technion, en coopération avec le National Institutes of Health (NIH) des Etats-Unis, ont réussi à élaborer un modèle qui simule la maladie de parkinson chez le poisson rouge. Ce projet a fait l’objet d’une publication dans la prestigieuse revue scientifique « Nature Protocols ».

La maladie de Parkinson a été modélisée auprès d’humains, de primates inférieurs, et à une moindre étendue, également auprès d’autres vertébrés en utilisant la neurotoxine MPTP. Le modèle du poisson rouge, développé par le professeur Moussa Youdim du Technion, a suscité une attention considérable au cours des dernières 15 années comme système de recherche de médicaments contre la maladie de Parkinson. Youdim lui-même l’a utilisé pour développer la Rasagiline, un médicament anti-Parkinson des laboratoires Teva.

« Dans le passé, il était établi que le syndrome de Parkinson pouvait être provoqué chez le poisson rouge commun (Carassius auratus) par une seule dose de MPTP », indique le Dr Orly Weinreb, laquelle fait partie des chercheurs qui ont collaboré à cet article. « Notre article décrit le modèle MPTP relativement simple et peu onéreux de Parkinson chez le poisson rouge. La procédure dure de 14 à 30 jours – selon la façon dont les animaux sont testés et du plan de recherche. L’accessibilité du système nerveux du poisson rouge, la densité neurale et d’autres caractéristiques, confèrent à ce modèle son caractère de système attractif pour l’étude de la maladie de Parkinson ainsi que pour l’étude des médicaments potentiels contre la maladie ».

L’injection d’une seule dose de MPTP au poisson provoque des symptômes similaires à la maladie de Parkinson, laquelle se caractérise par un ralentissement des mouvements et des tremblements du poisson, et qui atteint son effet maximum trois jours après l’administration du MPTP. La diminution des mouvements et les tremblements s'istallent parallèlement à la perte de dopamine et de norépinéphrine (neurotransmetteurs importants du cerveau) dans le cerveau frontal et moyen. Le produit toxique de l’oxydation du MPTP, MPP+, dont la création est catalysée par l’enzyme monoamine oxydase B, s’accumule dans le cerveau frontal et moyen, pénètre dans les neurones et provoque la mort des cellules. En outre, la toxicité du MPTP dans le cerveau est bloquée par les inhibiteurs de monoamine oxydase B, tels que la Rasagiline.

« Nous parlons d’un modèle simple et spécial qui peut servir à une recherche complémentaire », indique le Dr Weinreb. « Nous avons prouvé qu’un médicament pour traiter la maladie de Parkinson peut fonctionner sur un poisson et d’autres organismes. Le prototype de la Rasagiline a réussi à soigner le poisson. La barrière hématoencéphalique du poisson est bien plus réduite que chez les hommes, et par conséquent il est plus facile d’étudier les effets neuroprotectifs des médicaments dans le cerveau ».



Des étudiants du Technion développent un modèle pour empêcher les corps célestes d’endommager la Terre



Photographiés: Les deux appareils
de pénétration et, entre eux,
leur réservoir de carburant
Des étudiants de la Faculté d’Ingénierie Aérospatiale du Technion ont développé un modèle pour dévier les corps célestes qui risqueraient d’endommager la Terre. Le modèle a été développé car on craint qu’un astéroïde, nommé Apophis, passe à une telle proximité de la Terre qu’il pourrait entrer en collision avec elle en 2036.

Neuf étudiants ont pris part à ce projet, sous la direction du Dr Alexander Kogan de l’Institut Asher Space Research, et du coordinateur du projet, le professeur Benjamin Landkof. Il s’agissait du projet final des étudiants, lequel a duré un an. Il a été présenté à un concours de la NASA et de l’American Institute of Aeronautics and Astronautics.

« L’astéroïde a un diamètre de 400 mètres et pourrait frapper la Terre avec une force si violente qu’il détruirait tout dans un rayon de 200 km autour de l’impact », déclare le Dr Kogan. « Les étudiants ont élaboré un modèle qui coûtera 353 millions de dollars (les organisateurs du concours exigeaient que le coût n’excède pas 500 millions de dollars). Ce projet repose sur un vaisseau spatial d’une tonne en mesure de lancer des appareils destinés à pénétrer dans l’astéroïde ».

L’étudiant Lior Avital, qui coordonne le projet, explique que conformément au modèle, le vaisseau spatial devrait prendre l’espace en 2020. Une année plus tard, il devrait approcher l’astéroïde et lancer dans sa direction deux appareils de pénétration contenant un équipement scientifique. Cet équipement comportera une caméra, un émetteur et une antenne dotée d’une transmission particulièrement puissante. Pour que cet équipement sensible ne soit pas endommagé à la suite de la pénétration des appareils de perçage dans l’astéroïde, un airbag spécial sera installé qui se gonflera dès la pénétration et protégera l’équipement. Sur l’airbag seront disposés des panneaux solaires qui fourniront l’électricité à l’équipement.

L’émetteur enverra des données à la Terre concernant l’emplacement et la composition de l’astéroïde. Pendant ce temps, le vaisseau spatial entamera son retour en direction de la Terre, doté de deux appareils de pénétration supplémentaires à utiliser en cas de nécessité.

Les appareils de pénétration qui auront effectué un perçage dans l’astéroïde, vérifieront sa composition et son emplacement, puis communiqueront les résultats à la Terre. S’il s’avère que l’astéroïde risque d’entrer en collision avec la terre, le vaisseau spatial sera de nouveau envoyé dans sa direction en 2025 et, en utilisant sa gravité, il commencera à dévier l’astéroïde de sa trajectoire. Mais compte tenu de la différence de masse entre l’astéroïde et le vaisseau spatial, ce dernier ne sera pas en mesure de détourner l’astéroïde avec une force suffisante et aura besoin de l’aide de la masse du globe terrestre. En 2029, l’astéroïde étant supposé passer près de la Terre, le vaisseau spatial utilisera la masse terrestre pour le dévier. « Le vaisseau spatial est ce qui fera toute la différence », explique Lior Avital. « Il déviera l’astéroïde d’un kilomètre et avec l’aide de la Terre, en sept ans de 7000 km. La Terre n’aura ainsi à supporter aucun dommage. »

Les neuf étudiants ont recherché d’autres alternatives, telles que détruire l’astéroïde avec une bombe nucléaire. Mais cette solution aurait pour résulter de produire deux grands astéroïdes, ou même pire, de nombreuses petites météorites, et la Terre aurait certainement à en subir les conséquences.

Une autre possibilité, envisagée par les étudiants, consistait à connecter deux moteurs puissants à l’astéroïde qui l’auraient dévié de sa course. Mais les étudiants en sont arrivés à la conclusion que cette solution est trop coûteuse et complexe, et le résultat incertain. « Nous ne pouvions pas recourir à un laser car il n’en existe pas d’assez puissant pour cet objectif », ont-ils déclaré.

Les étudiants qui ont participé au projet sont : Lior Avital, Vadim Baru, Leon Jidovetski, Sagit Orgal, Maayan Kooshmarin, Yulia Bronshtein, Irina Cherniak, Anu Yeshano et Jeremy Edgach.


Témoignage d’un étudiant français au Technion


Je m'appelle Michaël, j'ai vingt-quatre ans, et je suis étudiant de Master en génie électrique au Technion. J’ai tiré profit d’un accord d’échange qui donnent la possibilité aux élèves de l’Ecole Polytechnique (que j’ai intégré auparavant) de partir au Technion pour leur dernière année de scolarité, celle de l’école d’application. Cela m’a ainsi permis de comparer deux enseignements d’excellence et de culture distincte.

Je suis arrivé en Israël en août 2006 et très rapidement au Technion : il y existe en effet la possibilité d’un oulpan intensif avant la rentrée,
ce qui a nettement consolidé mes connaissances
en hébreu et donné un premier aperçu de l’enseignement en Israël. Depuis, j’ai assisté à plusieurs cours de master et je n’ai surtout jamais cessé mon apprentissage de la langue, sésame à l’intégration à mes yeux. Ces cours étant le plus souvent à cercle restreint, la possibilité existe de demander que leur déroulement soit en anglais. Il serait pour autant dommage de manquer cette occasion idéale que constituent les études et l’interaction avec les autres étudiants pour progresser rapidement en hébreu. Cela m’a notamment permis dès cette deuxième année d’être responsable de correction de copies.

Outre le climat radieux, le campus fournit un cadre de vie très agréable. Par ailleurs, les cours se déroulent dans une atmosphère sérieuse et stimulante. Autrement dit, la qualité des études au Technion rivalise indéniablement avec les meilleures Ecoles françaises!
Mercredi 12 mars, Maison de l’Unesco
Remise du Prix de la Fondation France Israel pour l’excellence de la recherche scientifique en partenariat avec l’Association Technion France
Jeudi 27 mars
Assemblée Générale de ATF à l’Assemblée Nationale
Mercredi 2 avril
Dîner de soutien pour la recherche dans les maladies du cerveau, en présence du professeur Ariel Miller du Technion aux Salons Hoche
Voyage du 16 au 20 mai au Technion
Mission ATF au Technion à l’occasion du Symposium des Lauréats du prix Nobel scientifique le lundi 19 mai dans le cadre des festivités du 60ème anniversaire de la création de l’Etat d’Israel
Du 1 au 3 juin
L’Assemblée des Gouverneurs au Technion
Mardi 17 juin
Dîner privé en l’honneur du professeur Peretz Lavie, vice- Président des relations internationales au Technion sur le monde des rêves et du sommeil
à la résidence de SE Monsieur Daniel Shek, Ambassadeur d’Israel en France
Du 9 au 12 septembre
Salon franco-israélien canadien sur l’imagerie appliquée aux secteurs de la défense, de la sécurité et du contrôle industriel en partenariat avec le Technion et l’Association Technion France au parc des Expositions de Chalon-sur-Saône (Bourgogne France) : invité du Technion le professeur Ron Kimmel, faculté des Sciences Informatique
Pré-programme de l'événement
Décembre (date à déterminer)
Evénement annuel de l’Association Technion France


Vous souhaitez effectuer un don ou un legs en faveur du Technion, nous vous invitons à contacter directement le Service des Dons et legs de l'Ambassade d'Israël à Paris (01.40.76.54.45 / 46 /47)
FOCUS EN LIGNE