Si vous ne visualisez pas ce courrier électronique, cliquez ici
JUIN 2008
Le Technion: Fer de lance de la science et des technologies israéliennes dans le monde. La préservation de la vie est la motivation première de ses chercheurs et les retombées de ses recherches se font à l’échelle de l’humanité.

Adhérer à l’ATF: c’est encourager et participer à cette formidable dynamique de la préservation de la Vie en Israël et dans le monde.



Association Technion France
46, rue de l'Amiral Hamelin - 75116 Paris
Tél : 01 40 70 13 28 - Fax : 01 40 70 16 79
Email : technion@wanadoo.fr
Website : www.technionfrance.org ou www.technion.ac.il

Muriel Touaty
Directrice



RADIO JUDAIQUE FM, 94.8 FM, CHRONIQUE DU TECHNION AVEC MURIEL TOUATY MARDI 26 JUIN

Actualité Juive 12/06/2008 no 1029 : Bertrand Delanoë a visité le Technion de Haïfa’, par Anna Landau

Link1, Link2, Link3, Link4, Link5, Link6



Visite de la Ministre de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur au Technion

Des chercheurs au Technion ont crée une "bibliothèque" de substances similaires aux peptides, permettant de mettre en place un nouvel antibiotique efficace et peu onéreux

Visite de Bertrand Delanoë au Technion

Le journal "Nature": Sur des humains et des abeilles

Un dîner en l’honneur du Professeur Peretz Lavie, vice-Président des relations internationales à la Résidence de l’Ambassadeur d’Israel en France



Visite de la Ministre de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur au Technion

Dans le cadre de la visite officielle du Chef de l'Etat Monsieur Nicolas Sarkozy en Israël qui s’est tenue du 22 au 24 juin dernier, la Ministre de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur a visité le Technion, Israel Institute of Technology, le mardi 24 juin. Valérie Pécresse a été accueillie au centre des visiteurs ‘Coler California’ par la direction du Technion, des étudiants et chercheurs. Le Professeur Moshé Eizenberg, vice-Président pour la Recherche a ouvert la séance en présentant l’historique du Technion, les différents aspects de recherche scientifique et technologique pluridisciplinaire au Technion, les sources de financement (public, privé et fonds) et le modèle de la valorisation de la recherche par le transfert de technologie (dépôts de brevets, propriété intellectuelle et la commercialisation de la recherche). Le Professeur Peretz Lavie, vice-Président des Relations Internationales a expliqué le modèle de collecte de fond pour financer la recherche et l’institution par le biais des ses représentation du Technion dans le Monde. Le Professeur Lior Gepstein, du laboratoire d’électrophysiologie cardiaque et médecine régénératrice de la Faculté de Médecine du Technion ‘Rappaport’ a présenté sa recherche sur les cellules souches embryonnaires et sa coopération avec le professeur Philippe Menashé de l’Hôpital Pompidou, Paris. Le professeur Sonia Berrih-Aknin, directeur de recherche Inserm, a exposé le laboratoire mixte Inserm/Technion ’Insertech’ inauguré en septembre 2006 dans le domaine des cellules souches embryonnaires et de la médecine régénératrice. Le professeur Ilan Marek, faculté de génie chimique au Technion a clôturé en sa qualité de Président côté israélien de la commission scientifique, présidée par Edith Cresson, de la Fondation France Israël. La Ministre était accompagnée par Edith Cresson, ancien Premier Ministre et Présidente de la Commission Scientifique de la Fondation France Israël, François Decoster, Conseiller diplomatique de la Ministre, Muriel Touaty, Directrice de l'Association Technion France, Arnold Munnich, conseiller pour la Recherche auprès du Chef de l’Etat, de Bernard Hagège, ami et soutien de l'Association Technion France, Tobie Nathan et Philippe Carlevan, Attachés culturel et scientifique de l'Ambassade de France en Israël. L’association Technion France, et le Technion Israel Institute of Technology, remercient Valérie Pécresse, Ministre de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur d’être venue au Technion de Haïfa pour cette visite importante qui marque un lien concret entre la France et Israel dans le domaine de la recherche et du développement.




Des chercheurs au Technion ont crée une "bibliothèque" de substances similaires aux peptides, permettant de mettre en place un nouvel antibiotique efficace et peu onéreux

Des chercheurs à la Faculté de Biotechnologie et d'Ingénierie Alimentaire au Technion ont réussi à créer une "bibliothèque" de substances similaires aux peptides, qui permettra de mettre en place un antibiotique efficace et peu onéreux contre lequel les bactéries n'ont pas développé de résistance.

"Les peptides sont de minuscules protéines qui font partie du système immunitaire résidant dans tous les organismes, y compris humains", explique le professeur Amram Mor, dirigeant de la recherche. "Ils ne survivent que très brièvement dans le corps – généralement à peine quelques minutes."

L'équipe de recherche a découvert un moyen de créer en laboratoire, une substance similaire aux peptides, qui survit dans le corps humain pendant plusieurs heures. Jusqu'à présent, pas un seul peptide antimicrobien n'a été développé qui ait reçu l'approbation de la FDA (Food and Drug Administration des Etats-Unis). Il existe un effort mondial pour développer des peptides comme médicament, parce qu'il s'agit de substances simples, non toxiques, pouvant être utilisées contre une large gamme de pathogènes (bactéries provoquant des maladies). Le plus important de tout : les bactéries ont une difficulté à développer une résistance contre les peptides.

Les peptides se trouvent quasiment dans toutes les cellules du corps, et jouent un rôle important dans le système immunitaire. La "bibliothèque" établie par les chercheurs du Technion permet de contrôler la structure moléculaire des substances similaires aux peptides en les modifiant progressivement jusqu'à ce qu'elles atteignent des propriétés optimales. Auparavant, le prof. Mor et son équipe ont réussi à produire un peptide comprenant 16 unités, lequel a passé avec succès les tests d'efficacité et de toxicité chez des animaux de laboratoire. Maintenant, avec cette bibliothèque, ils ont réussi à obtenir un peptide comprenant quatre unités, dont la production et beaucoup moins onéreuse, et qui bénéficie d'une efficacité accrue car il est capable de tuer un spectre plus large de bactéries. "Cette substance ne s'abîme pas", déclare le professeur Mor, "elle est plus petite mais pas moins puissante pour autant. C'est une avancé qui nous rapproche considérablement à la création d'un antibiotique contre lequel les bactéries seront incapables de développer de résistance.

Les chercheurs du Technion ont publié leurs résultats dans le dernier numéro de "Chemistry & Biology" un journal scientifique de "Cell". La société israélienne BioLineRx a déjà commencé à investir dans la création d'un médicament. Dans l'étape prochaine, les chercheurs espèrent pouvoir utiliser la "bibliothèque" qu'ils ont créée pour renforcer des antibiotiques existant contre lesquels des bactéries auraient déjà développé une résistance.


Visite de Bertrand Delanoë au Technion

Le Maire de Paris, Bertrand Delanoë, effectué une visite en Israël cette semaine. Richard Prasquier, Président du CRIF Raphaël Haddad, Président de l'UEJF a fait partie de la délégation, composée par ailleurs, entre autres, de Pierre Schapira, député européen, adjoint du Maire de Paris et responsable des relations internationales et de Patrick Bloche, député-maire du 11e arrondissement de Paris et Président de la Fédération socialiste de Paris. La visite a été marquée par une rencontre avec le président Shimon Péres. A Jérusalem Bertrand Delanoë a inauguré une fontaine, construite en France avec l'aide de la Mairie de Paris, installée sur la « Place de Paris » dans le centre de Jérusalem. L'étape suivante était à Haïfa où le Maire de Paris a inauguré une place au nom de la France avec le Maire, Mr. Yona Yahav. Un dîner organisé par la Mairie de Haïfa le dimanche soir a réuni la délégation ainsi que des représentants du Technion, Muriel Touaty, Directrice de l’Association Technion France, Ilan Marek, du département de Chimie et Cécile Marek, responsable du centre des visiteurs. Le lendemain, la délégation s’est rendue au Technion et a été accueilli par le Doyen de la Faculté de Génie civile et environnementale, le professeur Arnon Bentur. La présentation du professeur Bentur a démontré l'excellence de l’innovation du Technion dans les domaines cruciaux et d’actualité tels que la recherche environnementale pour les villes de demain, l'eau et les outils pour l'agriculture moderne. Ces thématiques seront présentées très largement lors de l'événement annuel de l'Association Technion France le 18 décembre prochain. Le maire de Paris a démontré un intérêt sans précèdent pour les recherches du Technion à échelle internationale et a indiqué sa motivation concret de coopération entre la ville de Paris et cette faculté. Une seconde visite au Technion avec les collaborateurs du Maire de Paris est en phase de s’organiser. Au cours de ses nombreuses et brillantes interventions, Bertrand Delanoë a fait part avec émotion de sa très profonde et ancienne amitié pour Israël, un pays qu'il a visité à de nombreuses reprises avant même d'avoir été maire et a repris la phrase de Albert Einstein, lorsqu’il avait inauguré en 1923 le premier bâtiment du Technion ‘Israel gagnera la bataille de sa survie par l’intelligence et le savoir technologique’.


Le journal "Nature": Sur des humains et des abeilles

Des études expérimentales sur la prise de décisions chez l'homme révèlent une différence significative entre les décisions basées sur une description, et les décisions basées sur l'expérience. Les sujets prenant une décision en se basant sur la description de bas risque, sont davantage préoccupés par la certitude. Par contre, quand la prise de décision se base sur l'expérience, les sujets on tendance à se comporter comme si "cela ne peut pas leur arriver". Des résultats semblables ont été obtenus avec des abeilles. Une analyse plus précise de l'influence de l'expérience démontre qu'un retour d'information précise augmente la tendance à ignorer des conséquences indésirables, quand celles-ci paraissent peu probables. Cette recherche, qui a fait l'objet d'une parution dans le prestigieux journal scientifique "Nature", démontre que nous avons davantage tendance à choisir ce qui nous paraît certain, quand la différence entre les conséquences potentielles d'une action - par exemple, les bénéfices de jeu ou les recettes d'un investissement financier - est difficile à calculer. Cette étude à été menée par le professeur Ido Erev de la Faculté d'Ingénierie et Gestion Industrielle, Arnon Lotem de l'université de Tel Aviv et Sharoni Shafir de la Faculté d'Agriculture de l'Université Hébraïque (campus de Rehovot). Ces trois chercheurs ont demandé à des volontaires de choisir entre deux boutons sur un ordinateur: R (Risque) et S (Certitude). En appuyant sur S on obtenait une récompense sûre de 3 points, tendis qu'en appuyant sur R on avait une probabilité de 0.8 d'obtenir 4 points (ces "règles" n'ont pas été précisées, et les volontaires devaient les découvrir par essais et erreurs). Les participants tendaient plus vers une stratégie de prise de risques (moins certaine) quand les conséquences leur étaient présentées en chiffres simples. Mais quand les chiffres 3 et 4 furent remplacés par 30 et 40 points - ce qui avait pour effet de rendre flou la différence pourtant significative - les participants ont changé de tactique et avaient davantage tendance à opter pour les résultats plus sûre. Les chercheurs ont mené une étude semblable avec des abeilles, en utilisant différentes concentrations d'une solution d'eau sucrée. Les résultats furent les mêmes: autrement dit, nous ne sommes pas différents des abeilles en ce qui concerne notre façon d'évaluer les risques. Les hommes et les abeilles semblent utiliser les mêmes mécanismes de prise de décisions, et commettent les mêmes erreurs quand ils doivent choisir entre une récompense sûre et certaine, et une récompense plus importante mais moins probable. L'idée à la base de cette recherche provient du phénomène connu comme "l'effet de la certitude", selon lequel un être humain préférera choisir une récompense sûre et certaine de 3 point, plutôt que de choisir une récompense de 4 point dont la probabilité est 80%, mais par contre ne préférera pas 3 points à une probabilité de 25% plutôt que 4 point à une probabilité de 20% (malgré le faite que le résultat dans les deux cas soit presque identiques). Il semblerait qu'une récompense sûre et certaine est particulièrement attractive, et que les humains en général détestent les risques. D'autres expériences menées ultérieurement avec des rats, ont suggéré que les animaux auraient les mêmes tendances. Mais des recherches plus précises avec des sujets humains ont démontré que quand un être humain doit choisir entre deux options en se basant, pour cette décision, sur l'évaluation des options par essais et erreurs, il semble préférer le risque. Cela veut dire que quand on fait passer à un humain le même test que les rats, c'est à dire, s'il doit choisir simplement sur quel bouton appuyer, il préférera le bouton qui lui donne 4 points à une probabilité de 80%, plutôt que le bouton lui donnant 3 points à une probabilité de 100%.La nouvelle étude menée par l'équipe israélienne offre une solution générale à ce problème; elle démontre que, confrontés au besoin de prendre une décision à la base d'essais et d'erreurs, les animaux - et les humains - examinent les deux possibilités et développent une préférence pour l'alternative gravée dans leur mémoire comme celle qui était la meilleure la plupart du temps.Il faut noter que l'application de cette simple règle ne produit pas toujours le résultat préféré d'un point de vue strictement mathématique, puisque cette règle ne prend pas en compte la taille de la différence entre les récompenses, mais seulement la direction de cette différence. Cette règle est donc particulièrement sensible à la capacité de bien différencier les deux récompenses. Une présentation claire des deux récompenses aide à comprendre quelle récompense est plus grande, et conséquemment encourage la prise de risques. Mais quand la présentation des récompenses est moins claire, la différence entre les récompenses est moins visible (autrement dit, la récompense sûre et certaine semble être égale à la récompense incertaine), ce qui encourage le choix de la récompense sûre et certaine. Les chercheurs ont démontré qu'en manipulant les conditions de l'expérience et en modifiant la capacité de différencier entre les récompenses, on a pu encourager des sujets - humains et animaux - à préférer le risque ou la certitude, même si les récompenses étaient invariables. Cette étude pourrait avoir des répercussions sur notre compréhension des processus de prise de décisions dans la vie courante, et des bases évolutionnistes du comportement humain.


Un dîner en l’honneur du Professeur Peretz Lavie, vice-Président des relations internationales à la Résidence de l’Ambassadeur d’Israel en France

L’Association Technion France a organisé le mardi 17 juin, à la Résidence de l'Ambassade d'Israël, un dîner en l'honneur du Technion, Israel Institute of Technology, et du Professeur Peretz Lavie en présence de l'Ambassadeur, Daniel Shek et son épouse. Le professeur Peretz Lavie, vice-Président du Technion pour les relations internationales et son épouse Léna ont été profondément ravis de ce moment chaleureux et de constater que la coopération entre la France et Israël dans ses différents domaines scientifiques et technologiques est marquée par une concrète motivation, sur des sujets d'intérêt commun, à faire progresser la relation bilatérale.80 personnes ont assisté à ce dîner prestigieux notamment, la direction de Renault et Véolia Eau, le professeur Bernard Belloc, Conseiller pour la recherche auprès du Chef de l'Etat, Jean Daniel Tordjman, nouvel Ambassadeur aux pôles de compétitivité, Edith Cresson, ancien Premier Ministre et Présidente de la Commission Scientifique de la FFI, Richard Prasquier, Président du CRIF, les Directeurs Généraux de l'Inserm et du CNRS, André Syrota et Arnold Migus, Dominique le Quéau, directeur de l'Institut des Sciences de l'Univers, Cyrille Van Effenterre, Président de Paristech, Renaud Rhim et Michel Perraudin de la direction internationale au Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, Nicole Guedj, ancien Ministre, Alain Lévy, adjoint au Maire de Issy- Les-Moulineaux, et Muriel Touaty et Jacques Lewiner de l'Association Technion France.

Pour visualiser les photos: http://lereporter.free.fr/reportages/technion17juin
Mercredi 12 mars, Maison de l’Unesco
Remise du Prix de la Fondation France Israel pour l’excellence de la recherche scientifique en partenariat avec l’Association Technion France
Jeudi 27 mars
Assemblée Générale de ATF à l’Assemblée Nationale
Mercredi 2 avril
Dîner de soutien pour la recherche dans les maladies du cerveau, en présence du professeur Ariel Miller du Technion aux Salons Hoche
Voyage du 16 au 20 mai au Technion
Mission ATF au Technion à l’occasion du Symposium des Lauréats du prix Nobel scientifique le lundi 19 mai dans le cadre des festivités du 60ème anniversaire de la création de l’Etat d’Israel
Du 1 au 3 juin
L’Assemblée des Gouverneurs au Technion
Mardi 17 juin
Dîner privé en l’honneur du professeur Peretz Lavie, vice- Président des relations internationales au Technion sur le monde des rêves et du sommeil
à la résidence de SE Monsieur Daniel Shek, Ambassadeur d’Israel en France
18 Décembre
Evénement annuel de l’Association Technion France : ‘Le Technion Relève les Défis de la Préservation de la Planète’
Journée scientifique à l’Unesco sur les thèmes de l’Eau, l’Environnement, l’Energie et les Véhicules Electriques.
Dîner de clôture au Salon Bonffand de la Présidence du Sénat. Sous le Patronage et en présence de Valérie Pécresse, Ministre de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur.


Vous souhaitez effectuer un don ou un legs en faveur du Technion, nous vous invitons à contacter directement le Service des Dons et legs de l'Ambassade d'Israël à Paris (01.40.76.54.45 / 46 /47)
FOCUS EN LIGNE